Notre Charte

Qui sommes nous ?

Nous sommes une association régie par la loi 1901 dont le but est de promouvoir la connaissance sous tous ses aspects.

Le Vivant est au cœur de notre approche qui se veut holistique et universelle grâce à la profondeur et à la richesse des différents échanges et interprètes.

Nos valeurs fondamentales sont basées sur une éthique du comportement individuel alliée à un sens de la responsabilité qui nourrit une vision écologique de la planète où  se répondent en se complétant esprit de liberté et tolérance.

Pourquoi une démarche d’écologie sacrée ?

L’humanité a-t-elle un avenir, un futur ? Ou reste t-elle prisonnière d’un système idéologique qu’elle a crée de toutes pièces,  qui montre ses limites, sa fracture  et qui la précipiterait vers un point de non retour?

Le temps nous est compté et la question de notre survie  reste fondamentale et essentielle : souhaitons continuer à vivre ou filons nous vers un anéantissement irréversible ?

Notre modèle de société est complètement désuet pour ne pas avoir tenu compte des processus d’évolution naturels et écologiques.  Malgré les prouesses technologiques de pointe, l’homme semble s’être laissé piéger dans un processus probable d’autodestruction.

Face aux enjeux environnementaux actuels où l’homme conquérant  est entrain d’envahir tout l’espace vital disponible en détériorant et consommant son capital naturel n’avons-nous pas cette capacité de changer nos habitudes,  notre regard,  nos pratiques et de mettre plus de conscience dans nos actes quotidiens   afin d’utiliser différemment tout ce patrimoine naturel ?

Notre Mère la Terre est un  être vivant à part entière, nous en faisons partie. Si nous savons l’écouter,  la protéger, la préserver  et rétablir le contact, le lien,   elle nous révèle la voie vers  l’interdépendance collective, l’interconnexion  et la beauté

L’humain et la nature sont indissociables et interagissent l’un sur l’autre.

La crise actuelle n’est pas seulement financière, politique, mercantile. Elle est avant tout humaine et spirituelle et nécessitera un changement intérieur en chacun de nous.

Comment peut-on sincèrement envisager un changement de notre problématique actuelle écologique si notre comportement intérieur ne change pas et reste soumis à des égoïsmes individuels ou collectifs ?

Si l’esprit humain reste prisonnier de  paramètres enfermant avec soi même, avec son corps, et avec son esprit, il ne pourra en aucun cas solutionner les défis écologiques de notre société et un changement extérieur reste purement illusoire.

Notre état d’être détermine celui du monde. L’extérieur n’est qu’un reflet des états intérieurs  de chacun.

L’approche sur le monde de l’écologie ne se base pas uniquement sur des données  scientifiques, descriptives, quantitatives et objectives.

L’humanité  est lancée dans un processus de mondialisation basé sur des valeurs mercantiles, matérialistes, compétitives, productives,  réductionnistes et consuméristes dont l’avoir en est le principal dénominateur commun.

Les capacités et les miracles de la technologie de pointe nous font croire que nous sommes devenus des hommes démiurges et tous puissants mais qui en réalité nous démontrent que nous sommes devenus esclaves de nos outils, de nos créations nous amenant dans cette impasse implacable.

Les événements dramatiques qui secouent en permanence la Terre et les hommes ne sont que les effets de cette démesure comportementale. Il est temps, aujourd’hui, d’en rechercher les causes ou la cause.

Dans cette poursuite folle de l’évolution, nous avons perdu la conscience de soi, des autres et de l’environnement dans lequel nous vivons.

Ne pouvons-nous pas utiliser nos prédispositions à des fins constructives, équilibrées et qui respectent le vivant dans tous ses aspects ?

Une continuité gérable de la vie est possible si l’humanité parvient à prendre conscience de son interdépendance avec le vivant dans le but de devenir  solidaire et respectueuse de tout ce qui compose le tout.

Elle doit s’ouvrir aux multiples aspects et notamment renouer avec le sacré, la beauté.

L’écologie sacrée est un état de conscience, une éthique, un art de vivre  qui en tenant compte de tous les aspects holistiques de l’être humain dans son environnement se fonde sur une ouverture vers le vivant.

L’écologie, la protection de la nature, fait partie de notre spiritualité. C’est un fondement, une loi de la vie mais au fil des siècles, par l’excès de l’industrialisation, nous en avons perdu le lien. La civilisation s’est dirigée inexorablement vers des abîmes de  pouvoir et d’ordonnancement du monde à sa convenance.

Cependant, tous les sages à travers leurs traditions nous enseignent la pratique de l’harmonie et de l’interdépendance. Aspects que nous devons développer et incarner plus que jamais afin de ré-enchanter le monde et la nature.

NOS OBJECTIFS

  •  Créer un Cercle d’hommes et de femmes de  tous horizons afin de poser des fondations et des actions conscientes pour un développement d’une écologie sacrée que ce soit pour la sauvegarde des sites sacrés, la transmission de savoirs, de pratiques traditionnelles, la préservation de l’environnement (flore, faune)…..

Sacré non pas dans le sens de religieux tel que nous l’entendons habituellement. Mais être dans la conscience de notre propre responsabilité, engagement dans les  valeurs fondamentales et universelles.

 Mais aussi  dans le respect de la diversité et de la spécificité de chacun  dans les enjeux écologiques actuels. Le vivant sous toutes ses formes est sacré.

 Se sentir suffisamment responsable et lucide. Prendre conscience qu’il nous est possible individuellement et collectivement de se sortir  de l’impasse, du désordre, de l’enlisement  et de l’endormissement dans lesquels nous nous sommes positionnés et que nous avons occasionnés. .

Une cohérence est possible entre idées et  mise en pratique à tous les niveaux c’est-à-dire ouvrir des portes vers du concret. On ne se contente plus des idées, des réflexions mais l’externalisation d’actions pratiques et cohérentes dans l’engagement et la responsabilité.

  •   Organisation de colloques sur l’écologie sacrée
  •   Redécouverte de notre nature profonde  dans une approche  holistique  spirituelle reliant intérieur et extérieur, développer une éthique de la responsabilité individuelle en lien avec l’éthique de la responsabilité collective.

L’attention, la vigilance, la lucidité portée à ce qui nous entoure, à nos sensations, nos comportements, à ce qui est dans l’instant présent, au Réel,  hors d’une cacophonie mentale, est un état qui nous donne l’accès au meilleur de nous-mêmes afin d’avoir une influence bénéfique sur le monde extérieur.

Apprendre à être attentif du lieu de nous-mêmes d’où nous regardons les êtres, les éléments et  la Terre, à quitter une attitude de  destruction ou de prédateur  pour passer à une attitude de respect, d’harmonie.

Une transformation globale ne peut se réaliser que par une transformation intérieure (mode de vie, mode de pensée, ….). Les solutions ne se trouvent qu’à l’intérieur de nous-mêmes.

Ces réflexions, ces ateliers peuvent se réaliser par le biais de séminaire, journée découverte, ateliers  …

  •   Intervenir au sein d’association diverses scolaires ou autres pour informer du caractère précieux de la vie, Ecole de la nature
  •   Promouvoir une expérience pilote au cœur de la Terre sacrée de Camargue où chemin spirituel et écologie sacrée s’interpénètrent et se complètent pour retrouver l’équilibre, le respect, l’harmonie et la beauté du vivant.
  • Faciliter la création d’un réseau d’acteurs et d’Agoras

Agora en Camargue : lieu d’exercice de la créativité qui est la capacité d’un individu ou d’un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf, un objet nouveau ou à découvrir une solution originale à un problème.

Elle peut être plus précisément définie comme « un processus psychologique ou psychosociologique par lequel un individu ou un groupe d’individus témoigne d’imagination et d’originalité dans la manière d’associer des choses, des idées, des situations et, par la publication du résultat concret de ce processus, change, modifie ou transforme la perception, l’usage ou la matérialité. Elle croise notamment la créativité individuelle avec la sérendipité ; l’aptitude à utiliser des éléments trouvés alors qu’on cherchait autre chose.

Opérationnellement, la créativité d’un individu ou d’un groupe est sa capacité à imaginer et produire une grande quantité de solutions, d’idées ou de concepts permettant de réaliser de façon efficace puis efficiente et plus ou moins inattendue un effet ou une action donnée.

Pour Donald Winnicott, la notion de créativité se rapporte à la vie et à l’être. C’est pourquoi il peut dire: « La créativité, c’est donc le « faire » qui dérive de « l’être ». Elle manifeste la vie du sujet. Cette notion de « faire » implique que le sujet doit agir et non réagir à l’environnement. La créativité, au niveau de la vie quotidienne, est une action qui est consubstantielle à l’être. Le sentiment de soi est donc fondamental. Ce processus ne renvoie pas nécessairement à la construction d’un objet extérieur. Mais il s’agit, à l’origine, d’un regard.

Citations

« Celui qui regarde la vie comme autre chose qu'une illusion qui se détruit elle-même est encore prisonnier
de la vie »
(Novalis).


"Prendre conscience, c'est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir" (Lao-Tseu).

VIVRE EN CAMARGUE AUJOURD’HUI ET DEMAIN – AGORA

DIMANCHE 25 Juin 2017

Eric COULET et Gilbert BELLES