Citations

Prendre conscience, c’est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir

— Lao-Tseu

Événements à venir

Juin
22
ven
14 h 00 min Séminaire Claude BECKER et Mart... @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Claude BECKER et Mart... @ Villeneuve en Camargue
Juin 22 @ 14 h 00 min – Juin 24 @ 18 h 00 min
Vendredi : 14 h  – 18 h…. Samedi et dimanche :  10 h – 12 h – 14 h – 18 h………. Claude BECKER et Martine  JUNOD Le but de ce séminaire est de parler[...]
Juil
14
sam
14 h 00 min Séminaire Jean-Yves LELOUP : L’O... @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Jean-Yves LELOUP : L’O... @ Villeneuve en Camargue
Juil 14 @ 14 h 00 min – Juil 15 @ 17 h 30 min
10 h – 12 h – 14 h – 18 h Jean Yves LELOUP Notre avenir est-il celui de la grenouille qui par inflation veut se faire aussi grosse que le bœuf ? Ou celui de[...]
Août
5
dim
10 h 00 min Séminaire Philippe MASSABOT @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Philippe MASSABOT @ Villeneuve en Camargue
Août 5 @ 10 h 00 min – 11 h 00 min
10 h – 12 h – 14 h – 18 h Philippe MASSABOT Le tarot de Marseille est un jeu de cartes très ancien qui est parvenu jusqu’à nous sous des formes et des noms[...]
Sep
7
ven
10 h 00 min Séminaire Patrick BURENSTEINAS :... @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Patrick BURENSTEINAS :... @ Villeneuve en Camargue
Sep 7 @ 10 h 00 min – Sep 9 @ 18 h 00 min
10 h – 12 h – 14 h – 18 h Patrick BURENSTEINAS Les Mondes I : « D’après la tradition hébraïque, notre création est née du fractionnement de l’Unité et ce, en 10 étapes, symbolisées[...]

LES VOIES DE LA CONNAISSANCE

Elles sont multiples, libres et se doivent de s’imposer à notre interrogation dans l’évidence d’une démarche élevée... suite...

L’Arlésienne ou le chemin de la Liberté

Présentation du Livre par Nicole MICHEL 

Quelques repères sur le Livre:  Explication du poème: « Il est un ailleurs »

Poème « Impromptu »: Ce que m’inspire ce poème

NativeL'Arlésienne de Camargue, Nicole Michel a toujours vibré à l’unisson avec cette terre sauvage ressentant, déjà très jeune, la présence intense de ses éléments naturels, la force du vivant qui porte la mémoire des siècles.

Cette nouvelle histoire d’Arlésienne, la « Mireille » s’est imposée à l’auteure dans son évidence profonde pour s’insérer dans une trinité d’Arlésiennes, celle d’Alphonse Daudet et celle de la « Mireille » de Frédéric Mistral, qui ont toutes deux marqué les contes provençaux  à travers le « tragique » où la mort clôture, de sa présence implacable, la fin du voyage de l’amour.

Il en est tout autrement pour cette « Arlésienne », qui nous offre le visage souriant et énergique de la liberté dont toute la force de l’incarnation véhicule un nouveau regard mais aussi nous invite à aborder les rivages d’un amour qui transcende, par son intensité, les errements conflictuels d’une individualité saisie par les affres de la confusion. Un amour triomphant dont la passerelle de feu qu’il nous ouvre, engage une pleine et entière responsabilité dans ce futur qui s’annonce.