Citations

Celui qui regarde la vie comme autre chose qu’une illusion qui se détruit elle-même est encore prisonnier
de la vie

— Novalis

Événements à venir

Mar
6
mar
19 h 30 min Atelier Georges LAHY : Les Porte... @ Villeneuve en Camargue
Atelier Georges LAHY : Les Porte... @ Villeneuve en Camargue
Mar 6 @ 19 h 30 min – 21 h 30 min
Georges LAHY-VIRYA Atelier : Les Portes du  Pardès Rimonim Le Pardès Rimonim est l’oeuvre majeure de Moshé Cordovéro (le Ramaq), systématisant et expliquant toute la pensée kabbalistique, de l’origine jusqu’à l’époque de cette rédaction, résolvant beaucoup de contradictions[...]
Mar
11
dim
10 h 00 min Agora avec Gilbert… @ Villeneuve en Camargue
Agora avec Gilbert… @ Villeneuve en Camargue
Mar 11 @ 10 h 00 min – 17 h 00 min
                  COMMENT HABITONS-NOUS LA TERRE ?                            Quelle est ma responsabilité ?   10 h : Ecosophie et Agora animée par Myriam et Gilbert  * Comment[...]
Mar
16
ven
14 h 00 min Séminaire Claude BECKER et Mart... @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Claude BECKER et Mart... @ Villeneuve en Camargue
Mar 16 @ 14 h 00 min – Mar 18 @ 18 h 00 min
Vendredi : 14 h  – 18 h…. Samedi et dimanche :  10 h – 12 h – 14 h – 18 h………. Claude BECKER et Martine JUNOD  Le but de ce séminaire est de parler[...]
Avr
14
sam
14 h 00 min Séminaire Jean Yves LELOUP : DE ... @ Villeneuve en Camargue
Séminaire Jean Yves LELOUP : DE ... @ Villeneuve en Camargue
Avr 14 @ 14 h 00 min – Avr 15 @ 22 h 00 min
Jean Yves LELOUP De quel Dieu parlons-nous ? Sans doute n’y a-t-il qu’un seul Dieu, mais lequel ? Le Dieu dont parlent les athées est-ce le même Dieu que celui dont parlent les philosophes, les[...]

L’Arlésienne ou le chemin de la Liberté

Présentation du Livre par Nicole MICHEL 

Quelques repères sur le Livre:  Explication du poème: « Il est un ailleurs »

Poème « Impromptu »: Ce que m’inspire ce poème

NativeL'Arlésienne de Camargue, Nicole Michel a toujours vibré à l’unisson avec cette terre sauvage ressentant, déjà très jeune, la présence intense de ses éléments naturels, la force du vivant qui porte la mémoire des siècles.

Cette nouvelle histoire d’Arlésienne, la « Mireille » s’est imposée à l’auteure dans son évidence profonde pour s’insérer dans une trinité d’Arlésiennes, celle d’Alphonse Daudet et celle de la « Mireille » de Frédéric Mistral, qui ont toutes deux marqué les contes provençaux  à travers le « tragique » où la mort clôture, de sa présence implacable, la fin du voyage de l’amour.

Il en est tout autrement pour cette « Arlésienne », qui nous offre le visage souriant et énergique de la liberté dont toute la force de l’incarnation véhicule un nouveau regard mais aussi nous invite à aborder les rivages d’un amour qui transcende, par son intensité, les errements conflictuels d’une individualité saisie par les affres de la confusion. Un amour triomphant dont la passerelle de feu qu’il nous ouvre, engage une pleine et entière responsabilité dans ce futur qui s’annonce.